Vers un vaccin anti-tabac

Dans les résultats publiés par plusieurs études, un vaccin anti-tabac serait en cours d’élaboration depuis plusieurs années. En effet, les chercheurs auraient réussi à élaborer une substance capable de bloquer l’addiction au tabac chez les souris.

Bien que les tests des chercheurs se sont jusque-là soldés par des échecs, ils ont permis toutefois de mettre en lumière un fait intéressant : les sujets qui produisaient le plus d’anticorps anti-nicotine avaient davantage de chance d’arrêter de fumer pendant plus de six mois que les autres.

Partant de ce constat, ils se sont mis à chercher un nouveau vaccin capable de stimuler la production d’anticorps contre la nicotine. Mais celle-ci ne peut favoriser seule la production d’anticorps et doit pour cela s’associer à une protéine de transport.

Ils ont par conséquent développé un nouveau vaccin en utilisant une protéine de transport de flagelline mutante qui fonctionne sur les souris. Et lors des tests, dans les dix minutes qui suivent l’administration du produit, le nombre d’anticorps contre la nicotine avait augmenté et l’effet de la nicotine sur le cerveau avait réduit. Ces essais sont encourageants : il reste tout un parcours à suivre afin de confirmer l’efficacité du produit sur l’homme.